C’est en 2025 qu’Amanda, médecin urgentiste au Royaume-Uni, alerte la Haute Autorité de santé sur la présence d’un nouveau virus hautement mortel : le Fléau. Il semblerait que ce virus ne touche que les hommes, qui décèdent seulement quelques heures après avoir été contaminés.

Rapidement, les femmes se retrouvent seules. Un à un, les maris, les garçons, les pères décèdent, laissant derrière eux un monde vide. Les entreprises se vident, les gouvernements peinent à garder le cap, les pénuries se font ressentir. La vie devient difficile pour les femmes et notamment celles enceintes qui prient pour mettre au monde des petites filles qui auront la chance de vivre.

Alors que les femmes prennent doucement la place des hommes, endossant des métiers jusqu’ici inaccessibles, des scientifiques s’attellent à l’élaboration d’un vaccin. En attendant, les gouvernements sont prêts à tout pour garder la population masculine en vie…

Une reconstruction lente se met en marche dans un monde nouveau où les femmes ont pris le pouvoir, où la faiblesse des uns fait la force des autres. Et si certains sont immunisés contre le Fléau, une génération entière devra vivre sans la présence des hommes.

Bien que ce roman ait été écrit avant la pandémie du Covid, ce texte est effrayant par l’écho qu’il produit en nous. La peur mêlée à l’inconnu semble irrémédiablement prendre possession de nous.

Coup de coeur pour cette dystopie dramatique.