Le 14 décembre 1984, Griselda, maman de trois enfants, noie ses deux garçons dans la baignoire.
Décembre 2018, la narratrice de l’histoire décide d’écrire un roman sur ce drame familial. Pour cela, elle interroge un à un les survivants.Cela commence par Flavia, la fille de Griselda, l’aînée, celle qui a perdu ses deux frères une froide journée de décembre. Âgée de six ans à l’époque des faits, Flavia ne possède que des bribes de souvenirs de ce jour. Mais elle se souvient de la vie d’après.


C’est ensuite Griselda qui est interviewée. Elle évoque son enfance en Argentine, son histoire d’amour avec Claudio puis son arrivée en France. Un nouveau pays dans lequel elle construit doucement sa famille, devenant une mère aimante. Puis ce jour tragique est arrivé, celui où de cinq, ils sont passés à trois.

Enfin, la narratrice rencontre René et Colette, ce couple qui a toujours su rester présent pour la famille qui malgré tout ne s’est pas brisée. 


C’est sans jugement que la narratrice retrace les faits, au gré des témoignages qu’elle récolte. L’histoire se déroule avec des personnages solaires et aimants, dénués de toute haine ou rancœur. En fond, l’histoire de Médée se joue, faisant inlassablement écho à cet infanticide. Ce roman ne cherche pas à connaître les raisons qui peuvent pousser une mère à tuer son enfant, encore moins à juger, mais bien d’exposer les faits en écoutant les principaux concernés. 
Un roman tragique mais magnifique, une écriture tout en douceur et une histoire puissante qui incite à tourner les pages jusqu’à la dernière.


Coup de cœur !